Les Caen Runners au Triathlon de Deauville

On a tendance à dire que les Caen Runners sont partout. Cela s’est une nouvelle fois vérifié ce Week-End au Triathlon de Deauville. Supporters, Bénévoles, Athlètes, nous étions sur tous les fronts. Récit d’un week-end riche en émotions.

Étape 1 : Samedi, Le Triathlon L pour supporter Ellie et Clément.

11h, assis dans mon canapé, je suis le départ de nos deux champions sur le direct facebook Trideauville. L’ambiance a l’air folle, je ne tiens plus en place, en route pour Deauville supporter les copains. Deauville vit triathlon, respire triathlon durant tout le week-end, on est emporté par l’ambiance.
J’arrive alors que nos deux stars du jour Ellie et Clément ont encore facilement 1h30 de vélo à faire. Cela laisse le temps de préparer les pancartes et de se chauffer la voix.
Je retrouve Katiane, la copine de Clément pour former un duo de Choc sur la course à pied. Objectif ne pas passer inaperçu et emmener nos deux champions dans cette dernière ligne droite de leur défi !

« Chaque pas te rapproche de l’Apéro »

En fait, on se rend vite compte, l’enthousiasme aidant, qu’on est encore plus dans la course que les participants eux-mêmes. Aucun ne nous échappe, un petit mot pour chacun, on ne supporte pas uniquement nos athlètes, on supporte les triathlètes !

On finit par apercevoir Clément et Ellie aux alentours de 14h, ils sont partis à 11h, ils ont donc avalé 91.9km moins de 4h, c’est du solide! On reconnaît Clément comme personne, armé de son slip bleu saillant ! Ellie suivra quelques instants après !

On est dans l’euphorie complète, on donne tout ce qu’on a tel un triathlète dans la dernière ligne droite ! On oublie les gens à coté de nous, seul compte désormais d’être vu et d’être entendu par nos champions! Les voir passer donne des frissons, se dire que nos amis, nos partenaires d’entrainement ,qui ont fait énormément de sacrifices et ont travaillé dur pour y arriver se rapprochent de leur but, nous transcende encore plus, et nous pousse à donner de la voix ! Allez Clément, Allez Ellie, chaque foulée vous rapproche toujours plus de l’apéro.

« Le supporter scientifique »

Commence maintenant la partie scientifique du supporter. Nous sommes placés en sortie de parc à vélos, ce qui veut dire que nous voyons passer les triathlètes deux fois : une fois au km 1 puis au km 2.5. Nous sortons donc nos chronos pour estimer les temps de passages de Clem’ et Elodie. On dirait que nos calculs sont plutôt, bon on ne les loupera jamais sur les 8 passages au total (2 passages sur 4 tours).

A chaque passage, notre voix perd en intensité. Notre carburant repose sur les sourires de nos Triathletes qui se rapprochent toujours plus vite de l’arrivée. Le dernier passage avant l’arrivée sera sans doute le plus mémorable, car une fois nous avoir quitté, il leur restera seulement 3 foutus kilomètres… 3 kilomètres après presque 100 kilomètres de course, le Graal est à portée de basket.. On leur donne les dernières forces nécessaires, ils sont en mode adrénaline, en mode machine, de vrais guerriers.

Le temps de filer à l’arrivée, on se place à la hauteur de l’arche, on ne veut rien manquer du final de nos deux champions. Clément arrive tout d’abord. Les arbitres refusent que Katiane passe la ligne avec lui.. on se contentera de jeter nos dernières forces vocales dans la bataille. Ellie suit quelques minutes plus tard, nos athlètes, que dis-je, nos champions l’ont fait ! On en a les larmes aux yeux de partager ce moment de sport avec eux :

19429846_10158898466035652_8780335761455151106_n 19260268_10158898439200652_4667583745330717011_n
Ellie et Clément nos deux champions !

Les voici FINISHERS DU TRIATHLON LONGUE DISTANCE DE DEAUVILLE après plus de 5h30 d’effort !

 

Étape 2 : Dimanche, Le Triathlon découverte avec Charlène et Adeline.

24h après ma maman n’a toujours pas compris pourquoi je me suis levé a 6h30 alors que je ne courais qu’à 14h30.. Un triathlon découverte c’est, de mon point de vue l’épreuve la plus sympa à supporter.
Cette épreuve comme son nom l’indique, est pour beaucoup des participants…une découverte. Une plongée dans l’inconnu.  C’est le cas pour nos deux championnes du matin, Adeline et Charlène.

J’arrive pile à l’heure sur le site pour le départ prévu à 9h . Soyons honnêtes, la mer est DÉMONTÉE ! Juste le temps de croiser le regard des filles et de donner des coups de trompettes, que les 3 vagues de néo-triathlètes sont lâchées. Le début de la natation ne ressemble littéralement à rien, si ce n’est un joyeux n’importe quoi. Du fait de la distance (seulement 300m), les bouées sont trop proches du bord ce qui implique qu’elles se situent en pleins dans les creux. Il est impossible pour les triathlètes de nager convenablement, l’organisation décide finalement, par sécurité, d’annuler la natation.

Je ne croise pas les filles à la sortie natation. Elles qui n’étaient pas du tout rassurées par cette première partie de l’épreuve, cela ne me rassure pas trop non plus. Je pique un sprint vers la sortie du parc à vélo pour essayer de les voir enfourcher leurs montures, manque de chance, ce départ à vélo ressemble au périph’ parisien en heure de pointe. Un joyeux bazar de vélos en tous genres, tout en bonne humeur, les voilà parties pour 20km.

N’ayant toujours pas vu les filles, je ne dis pas mon dernier mot. Des bénévoles Caen runners sont situés à mi-parcours, et m’indiquent rapidement qu’elles sont bien passées, il est temps de se chauffer la voix pour la partie course à pied.

La Famille de Charlène est en position sur le parcours course à pied,  Adeline aura quant à elle la surprise de découvrir une supportrice de choix sur la course à pied ! Une de ses amis est venue, exprès de Paris, pour la soutenir, elle se positionne avec moi à la sortie du Parc à vélos, nous attendons nos championnes !

19511742_10209254881681298_1205821765_n 19512348_10209254881481293_1092865885_n
En route les filles, la médaille est au bout !

Charlène finit par arriver, vous êtes en droit de féliciter les supporters qui….la voient juste au dernier moment. Perdus dans nos pensées, on a failli la louper. Elle a fait un super vélo, elle est sur la base de moins de 2h c’est génial !
Adeline suit quelques minutes après. Cette fois on ne l’a pas loupée. Elle met quelques secondes à réaliser que sa pote parisienne est présente ce matin, puis enclenche la machine course à pied. Elles ont l’air bien toutes les deux, en avant la musique !

Le passage à la moitié de la course à pied de Charlène est plus difficile, une douleur à la jambe droite s’est réveillée. On donne tout ce qu’on a, en cris et coups de trompette, pour lui donner les forces de tenir jusqu’au bout. Malgré la douleur, le sub 2h est encore jouable !

Adeline quant a elle a véritablement lancé les chevaux et survole la course à pied comme jamais. Elle nous avouera plus tard l’avoir couru en 5’05 de moyenne sur 5km, les connaisseurs apprécieront.

Championne tu es triathlète. »

C’est à notre tour de courir vers l’arrivée pour voir nos deux championnes devenir Triathlète, les voir aller chercher cette médaille dont elles rêvent depuis des mois !

Charlène, malgré la douleur trouve la ressource d’arriver en sprint, et avec le sourire, bien aidée par notre concert, de cris et de trompette, ponctué par nos « Championne tu es triathlète. ». Elle maintient son avance sur le sub 2h en terminant en 1h55 un très bon temps pour une première !

Adeline suit 5 minutes après et conclue en 2h01, un temps là aussi, excellent pour une première avec une course à pied de feu !

19576244_10209254865640897_286148031_n 19550918_10209254866200911_732265761_n
Adeline et Charlène nos deux nouvelles Triathlètes !

 

Les voici désormais Triathlètes et prêtes à recommencer ! Une course riche en émotions, autant pour les coureuses que pour leurs supporter, Bravo les filles, nous sommes super fiers de vous !

Étape 3 : Place au combat, place à la course, le Triathlon Olympique.

Après un week-end à supporter les copains, il est temps de se lancer dans l’arène. Je pars en compagnie de 5 Caen Runners, dont mes deux partenaires d’entraînement Aude et Hélène.
La mer est désormais haute, la machine à laver a fini son essorage matinal et c’est sous nos applaudissements que l’organisation nous annonce le maintien de la natation !

On se prend une dernière fois dans les bras et on file au combat. On teste l’eau rapidement avec Damien, va savoir si c’est le stress mais elle était délicieuse, après quelques brasses en échauffement, les bras répondent, prêt à faire feu mon capitaine.

Quitte a être là autant y aller à fond (j’ai un petit côté japonais kamikaze..), je décide sur un coup de tête de partir en natation dans le SAS expert, celui juste après les élites.
3-2-1 nous voila lâchés. Le cerveau est branché pour les 30 prochaines minutes sur 3 objectifs : 1. courir comme un dératé pour bien se placer, 2. rejoindre les bouées le plus à gauche possible, 3. nager le crawl.

La natation se passe sans encombre. Mêmes sensations qu’à l’entraînement. J’ai fait le bon choix de SAS, les niveaux sont homogènes je peux m’abriter dans les vagues de mes adversaires. Sortie à l’australienne en 15 minutes, timing parfait !
J’entends mon nom plusieurs fois, crié par nos supporters, je reste concentré sur ma course, et je ne peux encore maintenant vous dire qui m’a offert ses encouragements, ô combien bénéfiques !

La seconde partie de la natation se passe elle aussi sans encombre, pour une sortie en 33′ à la montre, 35′ au passage officiel, 168ème position, chauuuuud patate !!

19551137_10209475675425241_1647122378_n
Poussez-vous j’arrive !

La transition se fait en mode machine. Je ne réfléchis pas, je me suis formaté à : chaussures, porte-dossard, casque et en route. Encore merci à Franck et Elo pour les encouragements dans le parc, ça remet un peu d’essence dans le réservoir.

Commence alors 1h45 de calvaire à vélo. Dieu sait que je l’aime ma machine… on en a fait des bornes ensemble. Mais là je n’avais qu’une envie : arriver. J’ai fait une erreur de débutant, ne pas reconnaître le parcours, ce qui implique de ne pas anticiper les descentes pour prendre de la vitesse pour la montée suivante etc..bref un calvaire. Rajoutez à cela les quelques difficultés dû à ma tenue (Un simple slip de bain comme les pionniers des années 80 ) et vous obtenez une impossibilité d’utiliser la position aéro sous peine d’un mal de dos (seulement au dos?!) terrible. Le fait d’avoir pris quelques vagues lors de la nat’ m’a également déshydraté, et j’ai rapidement été en manque d’eau.

Bref, à la fin de ce calvaire vélocipédique je dépose le vélo en 1100e position à peu près. (Je vous laisse calculer le nombre de places perdues). Il n’y a pas photo, cet été plutôt que de regarder le Tour, je vais plutôt aller rouler.

Je débute la course à pied sur un bon rythme… jusqu’à la sortie du 1er ravito, soit à vue de nez, 200m. Allez savoir pourquoi je débute une balade de 2km, avec une charmante pointe de côté sur la gauche. Le passage au 2nd ravito à 2,5km se passe mieux. Je fais un ravito « de gros » : Tucs, coca, chocolat, poussez vous les copains, j’ai faim làààà !

Je sais que mon kop de bénévoles préféré est au bout de la ligne droite des planches, car souvenez vous les Caen runners sont partout ! Ma foulée s’allonge, soyons honnête je plane, adrénaline mon amour. D’autant que GROSSE SURPRISE qui donne le smile !! Là où j’attendais Charlène et Adeline, ils étaient en fait 5 à nous pousser ! Une voiture Caen Runners a fait la route exprès de Caen pour nous soutenir, pu**** que ça fait chaud au cœur ! La réussite d’une course toute personnelle soit – elle passe également par ses moments d’euphorie, de chaleur humaine et de partage entre amis ! Cette philosophie qui fait que ce n’est pas parce que tu cours que tu ne soutiens pas !

« Ahhhh top le slibard ! »

Le souci d’un 10 km en boucle, c’est que quand tes amis sont d’un côté de la boucle, l’autre coté se fait…au mental. Le pire étant le dernier kilo avant l’arrivée et ce passage par la marina, cette traversée du désert interminable. Clin d’oeil de Vincent le boss du groupe Irontriclub : « Ahhh top le slibard »  et il est temps de rejoindre une première fois la la ligne d’arrivée pour un premier passage et c’est reparti pour un tour !

Le 2nd tour est un copier-coller du 1er, vous remplacez la pointe de côté par le bide en vrac et en route mauvaise troupe. Entre temps, Damien et sa foulée fluide me double, et fonce, tel une gazelle vers l’arrivée. J’arrive tel un cadavre devant mon kop bénévole adoré. Je marche, je n’en peux plus, c’est la que les super Caen Runners interviennent. Copieusement arrosé d’éponges et de bouteilles, je suis prêt à repartir. Et comme me dit si bien Katiane : « Allez Raph chaque foulée te rapproche de l’apéro ».

 

Le pire dans tout ça, c’est quelle a raison ! Après 51km de course, on va pas lâcher maintenant bon sang ! Je passe en mode machine, tape dans la main de notre Batman qui passe dans l’autre sens et direction l’arrivée ! Je ne fais plus attention au temps, je profite de l’instant présent !

Cette arrivée, que demander de plus ! Les Caen Runners qui donnent tout, les pompoms girls, allez on sourit, on fait n’importe quoi, et hop on passe cette foutue ligne d’arrivée tant désirée, depuis désormais 3h19 min !

Place désormais à la remise de la médaille tant convoitée et du T-Shirt finisher. Fidèle à mes valeurs de Beer, Run et Burger, je ne renie pas le ravito à base de sandwich à la rosette et d’une bonne bière bien fraîche. Quoi de mieux en plus qu’un ravito servi par les copains Caen Runners bénévoles ! Après la médaille et le t-shirt c’est un peu le 3ème cadeau, voir leurs sourires et pouvoir fêter ça avec eux !

19423999_10212548316999083_5397548988689305479_n
La Dream Team Bénévole Caen Runners !

Ces 3h19min concluent un week-end de fou à Deauville. 48h 100% Triathlon, 100% Caen Runners avec une envie de recommencer !

On a tous à notre manière (Bénévoles, supporters, Athlètes ou même les 3, pour certains) contribuer à ce genre de week-end qui soude un groupe et crée des liens. On se rend compte que le Triathlon est, je trouve, à l’image des Caen runners. Un sport oui, mais avec des valeurs ! Où on supporte tout le monde du premier au dernier, ou l’on se soutient. Bref, un événement à notre image, pour un sport de fouuuuuus !!

Une chose est sûre, après un tel week end, on reviendra encore plus nombreux l’année prochaine ! Un an pour se préparer nous n’avons pas d’excuses.

Et toi tu te lances l’année prochaine ? 😀

raphael

Triathlète (Saucisson, Bière, Burger) adepte du Swim, Bike and Run. Community Manager et producteur de contenus de la Team Caen Runners. #CoeurAvecLesPieds.

Article similaire
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *